Odezenne : « On monte sur scène pour faire notre musique et passer nos idées »

Au festival Au foin de la rue, nous avons rencontré Jacques, parolier et chanteur du groupe Odezenne. La formation bordelaise connaît une année très chargée en festivals et concerts après la sortie de leur album « Au Baccara » en 2018. On vous dévoile tout de suite, ce que nous nous sommes racontés.

odezenne au foin de la rue 2019 crédit photo : loewen-photographie.org

Ouest Festival : Peux-tu me faire une brève présentation d’Odezenne afin d’expliquer à nos lecteurs qui vous êtes ?

Odezenne : Nous sommes des amis de longue date, nous nous connaissons depuis 20 ans. On a sorti notre premier disque en 2007 mais on s’est formé bien avant sur Bordeaux. Quant à notre style ; c’est du « Odezenne », ça nous appartient à nous, c’est singulier, c’est notre patte. On fait ce qu’on a envie de faire, ce qu’on aime faire. Faire une chanson pour plaire ou une chanson qui plaît c’est trop compliqué donc on fait ce qui nous plaît à nous.

Ouest Festival : De quoi s’inspire les textes d’Odezenne ?

Odezenne : De la vie tout simplement. De petits trucs du quotidien autant que des grandes choses de la vie.

Ouest Festival : Visez-vous un public en particulier ?

Odezenne : Non pas du tout. On touche un peu tout le monde. Il n’y a pas beaucoup d’adolescents mais il y en a quand même et on a foi en la jeunesse. Il y a de tous les âges, toutes les races, tous les milieux sociaux… On ne vise absolument pas un public spécifiquement.

Ouest Festival : Vous êtes sur votre propre label « Universeul », pourquoi l’avoir créé et non rejoint un autre ?

Odezenne : Parce que ce n’est pas simple d’entrer dans un label existant comme ça. On avait commencé par envoyer nos sons aux radios et aux labels mais on n’avait pas de réponses de leur part. Devait-on arrêter ? Non, on a choisi de s’organiser et de créer notre propre label. A la base, c’était une simple association et maintenant c’est un vrai label avec une boite d’édition.

Ouest Festival : Y-a t’il d’autres groupes sur ce label ?

Odezenne : Pour l’instant seulement Odezenne et c’est déjà un gros client. On sera amener à faire signer d’autres groupes car on est très curieux et on regarde de près ce qui se passe autour. Et puis, on a récemment acheté un lieu à Bordeaux pour y faire de la création. C’est un grand espace où il est possible de dormir, c’est un peu inédit en France. Ca nous permettra donc d’accueillir des groupes et de discuter avec eux.

Ouest Festival : Vous tournez énormément cette année. Est-ce qu’une date est ressortie du lot dans les dernières effectuées?

Odezenne : Ce n’est pas pour se la raconter mais notre public est formidable et nous suit déjà beaucoup en salle. C’est différent du festival qui est une fête mais quoiqu’il en soit, on aperçoit toujours de la joie de vivre, une énergie positive… Je ne veux pas faire de la démagogie mais c’était toujours très bien.

Ouest Festival : Dours la semaine prochaine et les Vieilles Charrues dans deux semaines, ça ne vous fait pas peur ?

Odezenne : Ce sont des festivals où on est déjà allé mais ça nous fait toujours peur. Même ce soir on a peur. Qu’il y ait 3 personnes ou 100 000 c’est la même peur. On monte sur scène pour faire notre musique, passer nos idées, ce n’est pas humain quelque part…

Un grand merci à Jacques de nous avoir accordé cette interview. Il est même resté quelques minutes pour échanger un peu plus. Ca fait toujours plaisir de rencontrer des artistes qui se rendent disponibles. Bonne route à Odezenne qui tourne encore beaucoup jusqu’à décembre.

Spread the love
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
ga('create', 'UA-75278937-1', 'auto'); ga('send', 'pageview');