O’Mauvais Buisson fête ses 15 ans !!!

On se retrouve aujourd’hui au festival O’Mauvais Buisson pour une édition particulière car cette année, le festival fête ses 15 ans… Eh oui déjà!!! En 15 ans, il y a eu de beaux noms à passer dans ce festival et cette édition n’aura d’ailleurs rien à envier aux éditions précédentes avec une superbe programmation (je vous en parle après, promis). Et cette année, on est mieux loti que l’année dernière qui avait été marquée par une énorme averse juste avant le début des festivités. Bon après, ça a permis aussi de se faire des batailles de boue sur le festival, c’était pas mal non plus (eh non, pas besoin d’être un enfant pour s’amuser à Maumusson)

Le festival débutera avec une nouveauté pour moi, et pourtant c’est un groupe qui fait parler de lui ces derniers temps. En effet, le groupe de rock, Cachemire a été annoncé sur pas mal de dates dans le 85, 44 et autres (Si vous n’étiez pas au festival, vous avez moyen de vous rattraper.) Qu’on se mette d’accord, quand je parle d’une nouveauté pour moi, c’est pas des novices sur scène avec un groupe qui tourne depuis 2012 et ayant à leurs actifs, 2 albums dont « Qui est la punk? » en 2017. Ce soir, ils ouvrent le bal, et il est clair que débuter un festival ce ne doit pas être simple pour un groupe. Mais Cachemire a su faire venir du monde, d’ailleurs ils ont déjà une base de fans solide au vu du nombres de tee-shirts du groupe que j’ai pu croiser. La prestation du groupe y est aussi sûrement pour quelque chose par un rock distillé avec énergie, une prestation et une ambiance qui emporte la foule. En effet, ils ont réussi à trouver l’équilibre entre des paroles incisives sur des sujets d’actualité (politique, religion…) en apportant une certaine fraîcheur dans les paroles, tout en ayant une musique entraînante pour que ce soit un groupe qui puisse être assez familiale. Que dire de plus sur le groupe, à part que la moustache du chanteur, nous rappelle un peu celle de Freddie Mercury, la fougue sur scène apporte sa petite touche à cette comparaison. Personnellement, j’ai prévu de revoir Cachemire au festival, Les feux de l’été avec une programmation démentielle mais aussi au festival Breizh Folies (aux côtés de Mass Hysteria quand même!)… En tout cas, le live est fini mais la soirée ne fait que commencer!!!

©PATANDPATATE

Les inter-scènes ont été assurées par AMHARCLANN et DELIROCK. Bon, j’avoue que je suis pas allé voir véritablement la scène, j’ai profité des inter-scène pour discuter ou aller me rafraîchir (Il faisait chaud quand même!) Mais cela ne m’a pas empêché d’écouter et de reconnaître pas mal de reprises plutôt sympa, que ce soit d’artistes hyper connus (Aznavour, Dropcick Murphys, les Cowboys fringants…) ou moins connus (Epsylon, Anthony Chaplain, entre autres). La diversité des reprises a donné une ambiance festive entre chaque groupe.

O’ mauvais buisson avait déjà fait venir un collectif sur scène pour les 10 ans du festival, il était juste un peu… différent, en faisant appel aux Tambours du Bronx. Cette année, on rend hommage à la Bretagne et la puissance musicale par l’un des Bagad les plus connus en France et à l’international, celui de Lann-Bihoué. C’est 15 à 20 musiciens que l’on retrouvent sur scène avec, Cornemuses, Binioux et Bombardes, mais aussi des Tambours, Caisses claires, Grosses caisses, bref, un ensemble qui vous prends au corps et fait vibrer de l’intérieur. Le plus impressionnant avec le Bagad, c’est de voir la synchronisation de l’ensemble et à quel point c’est carré dans l’exécution. Là encore, ça attire petits et grands pour faire des rondes, pour le plaisir de danser, sans forcément faire des pas de danses bretonne. C’est une touche beaucoup moins rock que Cachemire, mais en tout cas, Le Bagad a su nous donner pas mal de frissons. Après, j’avoue qu’écrire sur un Bagad, c’est pas simple, notamment pour en décrire le rendu, mais le ressenti devant la scène était excellent… Prochaine étape, les voir au Festival Interceltique de Lorient! On prendra le temps de se remettre de ses émotions, et tandis que le soleil est quasiment couché, la soirée continue à fond pour laisser place à la tête d’affiche de la soirée.

©PATANDPATATE

Il fallait d’ailleurs tendre l’oreille, le concert commençant légèrement avant la fin de l’interlude. Je pense qu’Ultra Vomit était trop pressé de retourner la scène de Maumusson, et c’est clair que les 4 Nantais savent y faire!! D’ailleurs, avant même que le concert ne commence vraiment, l’ambiance est montée d’un cran dès que l’introduction, une musique de cartoon, s’est fait entendre. On parlait de reprises des groupes AMHARCLANN et DELIROCK, on retrouve une forme de reprise avec Ultra Vomit, mais pas tant que ça en fait… Bon… je vous donne un exemple. Vous prenez les paroles de Face à la mer de Calogero, l’univers musicale de Vacuity de Gojira, et ça vous donne Calogira d’Ultra vomit. Le mélange est osé, et tellement énorme!! Sur  scène, tiré de l’album « Panzer surprise » de 2017, on retrouve différentes pépites musicales s’inspirant d’un groupe en particulier ou d’un style avec toujours la même qualité technique. On retrouve la chanson Un Chien Géant s’inspirant de Tagada Jones (passé en 2015 au festival),  Pink Pantera.. bon, celle-ci est évidente… Et le titre à 4 millions de vues sur Youtube qui a tout explosé, Kammthaar, en référence à Rammstein!!! Elle fut très bien accompagnée sur scène, avec un joli feu d’artifice en parallèle, pour un rendu plutôt sympa. Pour les fans de la première heure, n’ayez crainte, ils vont vous faire plaisir avec des classiques tel que Je collectionne des canards (vivants), Boulangerie pâtisserie ou encore Je ne t’ai jamais autant aimé. Pour préciser ,le groupe est considéré comme un groupe de Heavy Métal parodique, ce qui explique aussi les nombreuses touches d’humour tout le long du show… Au final, encore un live excellent des 4 compères.

©PATANDPATATE

La programmation a été bien pensée, et on va pouvoir enchaîner avec le reggae de I woks, un style plus calme même si en termes d’ambiance, c’est pas ce groupe qui va nous permettre de reprendre notre souffle. Le groupe animé par le duo de chanteurs Seb et Gé s’est fait rejoindre par les six musiciens du groupe, Reggae Mylitis Band pour continuer la fondation de I woks. Le groupe porte des sujets tel que la paix dans le monde, la fraternité, tout en ayant un regard critique de l’actualité ou des dérives sociétales. ils savent ainsi aborder ce genre de sujets, pas forcément simple, en utilisant une certaine touche d’ironie dans la manière de l’apporter, tel que la chanson A table, ou Tout va très bien (tirée du second album du groupe, du même nom, sorti en 2017). Le style m’a d’ailleurs rappelé légèrement le groupe Broussaï sur les premiers albums. Sur scène, les 2 chanteurs se complètent parfaitement, que ce soit pour l’ambiance où ils portent le public, de jeu de scène avec une certaine harmonie, mais aussi au niveau des voix, qui vont super bien ensemble. Globalement, le public a répondu avec enthousiasme à la prestation d’I woks pour une belle osmose entre le groupe et ses fans.

©PATANDPATATE

La soirée tire bientôt sa révérence, mais il reste encore les 22 longs riffs . Beaucoup moins de monde alors qu’il est déjà 1h45. Bon, pour l’heure, je l’ai pas regardé une seule fois de la soirée mais ils étaient programmés à cette heure la, je fais confiance au festival. Et malgré l’heure tardive, les survivants sont toujours en feu. En même temps, Les 22 longs riffs ne sont pas là non plus pour nous jouer une berceuse avant de clôturer le festival et aller dormir, bien au contraire!!! Les Quatre Costarmoricains distillent un Punk Hardcore sans concessions et contestataire. Porté par des riffs bien vénères, c’est un groupe efficace autant sur scène que sur l’écriture des textes porteurs de sens sur l’Antifascisme, la politique, les stéréotypes et bien d’autres sujets. D’ailleurs, pour les aficionados du festival O’mauvais buisson, si vous avez aimé les années passées, des groupes tels que Tagada Jones, Les Sales majestés, Guerilla Poubelle, … Les 22 LR apportent une touche musicale, bien sûr différente des groupes cités, mais qui, je pense, pourra vous faire vibrer. Depuis 2007 et 2 albums, les 22 LR réussissent à imposer une identité forte sur scène et à fédérer autour d’eux un public qui a su une fois de plus répondre présent à l’appel ce soir. En même temps, Il n’y a pas mieux qu’un groupe tel que les 22 longs riffs pour se faire un petit pogo de fin de soirée.

 

Et c’est encore une belle édition que le festival nous a proposé cette année, l’affiche, toujours aussi surprenante, et avec des groupes qui avaient à cœur de mettre un sacré bordel. L’ambiance a été une nouvelle fois familiale, détendue avec des styles variés pour que tout le monde puisse y trouver son compte et se faire plaisir. Pour l’édition des 15 ans, le résultat a été au rendez-vous et il n’y a plus qu’une chose à attendre avec impatience… l’annonce de la programmation de 2020!!

The following two tabs change content below.
Spread the love
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •