Un Titour festival aux allures de grande soirée

On se retrouve pour une journée particulièrement agréable en terme de température malgré l’automne, afin de se rendre à la première édition d’un festival. On entend souvent que c’est la fin de certains festivals, récemment ça a été le tour du festival couvre-feu de mettre fin à cette si belle aventure, il faut en profiter quand de nouveaux arrivent, le seul moyen de les soutenir, c’est bien évidemment de s’y rendre. Et pour sa première édition, le Titour festival aura fait complet au cours de la soirée. En même temps, au vu de la programmation, c’est amplement mérité.

D’ailleurs, on commence en douceur avec les Rennais de Faygo dans un style Reggae roots avec des accents Dub. Le groupe oriente sa musique sur l’envie de partager, de faire voyager la foule et est un véritable appel au respect et à la tolérance. Crée en 2013, ils surfent sur leur album «Harvest» sorti en 2015 qu’ils ont déjà pu bien transmettre sur scène  ( A noter que Faygo est en cours de crowdfunding pour pouvoir sortir un second album). On a notamment déjà pu les voir dans des belles programmations tel que le No logo Bzh ou encore au côté de Naaman lors du festival La Flûme Enchantée, rien que ça. Le début du live permet de se mettre tranquillement dedans, commencer à danser sur un rythme assez posé. Mais on sent que le groupe en veut plus et au fil du live le rythme n’a cessé d’augmenter, l’exemple en est de la foule électrisée au rythme des «Put your hands in the air» lancé par le chanteur vers la fin du live. Ce qui est intéressant avec ce groupe, en plus du fait que les fans du style Reggae vont, je pense, bien s’y retrouver dans le style, est que l’énergie du groupe fait que même dans un style plus rock (notamment pour des personnes venues pour les clébards), le groupe est super bien passé. Sûrement la formation la plus jeune de cette programmation, ce n’est pas la qualité du show qui permettra de le savoir, avec cette prestation bien maîtrisée et ce qu’il faut d’énergie.

A présent c’est parti pour le groupe Rennais, Le ptit son qui est là pour faire swinguer la foule… ou bien la faire jumper. Le groupe, composé de 6 musiciens multi-instrumentistes (guitares manouches, clarinette, banjo, accordéon, guimbarde, basse, batterie, …), proposent de la chanson française, rock manouche aux influences diverses. Inspiré de leurs voyages, ils vous entraînent à travers leurs musiques, variant les tempos aux rythmes des pays. Après une pause bien méritée, cela fait un an qu’ils nous font vibrer avec un vrai retour en fanfare… SKYZOPHONIK (Petite référence au projet du groupe avec une fanfare, présente notamment au festival Les fanfarfelues à Vitré.) Cette pause leur aura permit de s’atteler à d’autres projets, vous pourrez reconnaître d’ailleurs, Max le chanteur/accordéoniste qui avait rejoint pour un album et une tournée, le collectif 13. Depuis le retour, ils n’ont pas arrêté de tourner pour le plus grand plaisir de la foule. Encore une fois pour ce live, le son est explosif et l’ambiance a monté d’un cran en cette soirée.  Dans tous les cas il ne faut pas compter être juste spectateur devant un de leur concert, les rythmes enivrants qu’ils proposent vont, à coup sûr, vous faire danser !On fait une petite pause le temps d’aller profiter de l’air, juste le temps de se dire qu’il fait beaucoup moins bon que tout à l’heure. Pas grave, autant aller voir la préparation du prochain groupe.

©Rimpôt Samuel

Les Normands de Mes souliers sont rouges sont sur scène, et sûrement le groupe le plus attendu de ce soir. En même temps, avec 25 ans de concerts derrière eux, pas la peine de vous dire qu’ils savent emporter la foule avec eux. Et pour ce faire, ces 5 musiciens utilisent la guitare sèche, l’accordéon, la contrebasse, la flûte traversière, le violon et d’autres encore (j’ai cru voir un triangle d’ailleurs, le meilleur instrument du monde!). En passant par des classiques «Sur le bord de la rivière» ou «Le galant maudit» pour ne citer qu’elles et en alternant des passages à capella, des moments plus explosifs, de l’instrumental, pour faire danser la foule (Dans la salle et sur la scène) ou la faire jumper, ils ont su répondre aux attentes des jeunes et des moins jeunes et mettre une superbe ambiance au Titour. Pour dire, les musiciens se sont même retrouvés assez rapidement à avoir la guitare et la contrebasse désaccordée à cause de la chaleur de la soirée. Si vous voulez les retrouver sur album, ils ont profité du festival pour nous donner des nouvelles d’un futur album, dont une moitié sera enregistrée en Bretagne … comme quoi, la Normandie et la Bretagne peuvent s’entendre sans problème!

 

©Rimpôt Samuel

La soirée se termine bientôt, mais c’est pas pour autant que l’ambiance doit redescendre avec Les clébards qui jouent quasiment à domicile ce soir pour ce groupe originaire du pays de Fougères. Quoi de mieux pour finir la soirée qu’un groupe de rock entremêlant de la contrebasse et de l’accordéon au triptyque classique guitare, basse, batterie pour accompagner une voix atypique, un peu rocailleuse, cassée et tout en puissance. Les clébards nous font passer par des chansons optimistes, engagées, des brèves de comptoir ou des histoires de vie, pour nous entraîner avec eux à chanter, et pour ceux qui ont trop forcé toute la soirée tendre vers la même voix que le chanteur. La foule était moins nombreuse que pour le ptit son et mes souliers sont rouges, mais l’ambiance n’était pas pour autant moins intense, Les clébards ayant permis d’emmener dans le public pas mal de leurs fans pour danser au rythme de « l’œil vitreux », « au bistrot d’la marée basse », « vendredi dernier », « rive gauche, rive droite ».

©Rimpôt Samuel

 

La première édition apparaît comme un franc succès avec une superbe programmation, une organisation déjà bien pensée malgré le jeune âge du festival et une ambiance hyper familiale. Le pari est réussi pour l’association Info festival, spécialisée à la base dans l’actualité des festivals, la bible pour ceux qui veulent trouver des dates! Et à la sortie du Titour, on peut voir que l’organisation maitrise à merveille le milieu du festival et la gestion de ce type d’évènement. Il ne reste plus qu’à se donner rendez-vous l’année prochaine pour la deuxième édition d’un Titour qui a toutes les armes pour devenir grand.

The following two tabs change content below.

cedric-ouestfestival

Derniers articles parcedric-ouestfestival (voir tous)

Spread the love
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
ga('create', 'UA-75278937-1', 'auto'); ga('send', 'pageview');