Une soirée ensoleillée au Ça Grézille festival !

Par ce super samedi ensoleillé du 19 mai, je vous donne rendez-vous chez nos voisins Mayennais (Pays de La Loire), un département ayant un savoir-faire reconnu pour les festivals. Pour le coup, ce n’est pas Les 3 Éléphants, Les Mouillotins ou encore Au Foin De La Rue qui sont au programme mais bien le, Ça Grézille Festival. A préciser que cet article sera concentré sur le samedi. Des obligations ne m’ont pas permis de faire le premier soir du vendredi, malheureusement. Avec Yves Tole Family, Symbiz, Nasser et les Hurlements d’Léo pour ouvrir le bal, ça aurait pu être bien sympa.

Trêve de bavardage, je prends un rafraîchissement sur le parking et je décolle. Après un petit tour du festival pour repérer les différents stands ainsi que le chapiteau où les DJ s’exprimeront en tant qu’interlude, je me dirige vers la scène extérieure car Octane vient de débuter. Ce quatuor est originaire du cru mayennais, et le public ne s’y est pas trompé au vu de la petite foule amassée devant la scène.  À noter qu’ils ont sorti un premier album, qu’ils ont pu nous présenter sur scène de manière très convaincante, en agrémentant de reprise de Lady Gaga et Bruno Mars… d’un point de vue personnel je préfère les versions d’Octane aux originaux. Le rendu sur scène est très bon, avec un live excellent, dynamique à souhait sur du hard rock, (plus rock ou métal sur certains morceaux). L’une de leurs spécificités est de mélanger deux voix, homme/femme apportant une réelle identité au groupe. Ça a d’ailleurs donné lieu à un concours hommes VS femmes, de qui chante le plus fort dans la foule. (On sait qui a gagné, pas besoin d’en dire plus !!!!). Mais au-delà de la scène, et du live rendons hommage à l’un des membres du groupe qui a en plus un sens de l’humour génial. Hé oui, entre deux chansons, le chanteur n’hésitera pas à nous lancer « le son est bon ou est-ce que ça grésille ? » … Bon, en même temps, arrêtons de se mentir. On y a tous pensé, il a le courage de la faire !! Ce fut en tout cas un réel plaisir de les voir pour la seconde fois, la première fois, c’était à Bonchamps avec les Laval en première partie des Tagada Jones (je vous en parlerai plus en détail à près).

Crédit photo : ©Bobine et Cabriole

Le temps que le second groupe se prépare, je me pose sur les canapés prévus à cet effet, juste à côté des stands de merchandising. Un peu de confort dans ce monde de brutes ne fait pas de mal, et les quatre canapés mis à disposition ont fait merveille. Après avoir proposé de les emmener devant la scène pour avoir le confort ET le live, mais que personne n’a voulu m’aider, je me résigne à les abandonner pour aller voir Mon côté punk.

Né en 2003, ce collectif de musiciens revient en force avec l’album Picaflor, et une tournée d’été bien étoffée. Précisons qu’il ne s’agit pas de punk, mais bien une musique qui se veut sans frontières, aux influences diverses, d’Afrique, d’Amérique du sud, d’Europe de l’est et bien d’autres encore. D’ailleurs, pour agrémenter l’écriture, rien de mieux que de puiser l’inspiration en voyage, et le dernier album, « Picaflor » qui découle d’une tournée en Colombie est bien mis à l’honneur sur scène par des morceaux entrainants et des hymnes à la danse. En passant par « Les meilleurs », « Barranquilla », « Lilijana », ils nous emmènent avec eux « Le long des chemins », de leurs souvenirs de voyage.   N’oublions pas les escales sur d’anciens albums, telle que la chanson « Mon côté punk » pour le coup, qui donne plus envie de jumper que danser. Ou encore « la guitare Sud-Américaine », De l’album « Allons Voir » de La Rue Ketanou… En même temps, Mourad fait partie des deux groupes, autant partager une petite chanson pour les fans. Mais bon, même si voyager avec eux lors du live était dépaysant, il est temps de poser nos bagages et de refaire une halte à Grez-en-Bouère pour la suite du festival.

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes sur scène, personnes qui jouent des instruments de musique, nuit et feu
Crédit photo : ©Bobine et Cabriole

Après la très forte chaleur de l’après-midi, la soirée s’annonce beaucoup plus fraiche. D’aileurs, faire un petit tour sous le chapiteau est une bonne idée, histoire de se réchauffer, tout en appréciant des grands classiques tout au long de la soirée tel que Rage Against the Machine, Danakil, Noir Désir, Les Garçons Bouchers, Mano Negra et beaucoup d’autres. Un bon intermède qui permet de passer le temps avant les enragés de Tagada Jones !!

Avec plus de 20 ans sur scène, les quatre bretons continuent de tout retourner partout où il passe. L’album « la Peste et le Choléra » est sorti le 03/03/2017 et depuis ils enchaînent. Vous inquiétez pas, si vous ne les avez pas encore vu, ils restent une bonne quarantaine de dates annoncées avant la fin de l’année, dont le Motocultor, Download, dans les plus gros qui me viennent en tête. Et ils ont encore pas mal d’autres actus sous la pédale, notamment avec le Bal des Enragés et des dates anniversaires en 2019 pour les 10 ans ou encore la sortie du live vidéo enregistré au Hellfest 2017 sur la Warzone ! C’est une belle tête d’affiche pour le Ça Grézille Festival, et d’ailleurs, au vu de la foule qui commence à être présente en masse, ils sont attendus. Et comme chaque groupe à son noyau dur de fan, il ne faut pas s’étonner si des représentants de la Dissident Army, nommé ainsi sur les réseaux sociaux, sont dans la foule ce soir ! Bien sûr, si vous ne connaissez pas le groupe, vous pouvez écouter les chansons faites en live tel que « La Peste et le Choléra », « Tout va bien », « Mort aux cons », « Vendredi 13 » pour comprendre. C’est autant d’hymnes revendicatrices et militantes. Que ce soit la politique, le racisme, l’oppression et j’en passe, la société actuelle se décrie sous le chant de Niko dans une vision sombre et terriblement réaliste, sur des rythmes instrumentaux acharnés. La prestation est intense à la hauteur de la réputation live du groupe. Après un rythme soutenu, avec un live que l’on ne voit pas passer le concert tire peu à peu à sa fin. La dernière chanson en hommage à Parabellum permet de souligner l’influence qu’ils ont eue sur le groupe, et d’avoir une pensée aux membres partis trop tôt. Sous forme de medley, on découvre à la sauce Tagada Jones, quatre grands classiques de ces piliers de la scène alternative française.

Crédit photo : ©Bobine et Cabriole

La soirée touche bientôt à sa fin mais il nous reste encore un peu d’énergie pour le dernier live avec Nagual X !! Personnellement, je l’ai réellement découvert par la chanson avec Gwenael Kere, des Ramoneurs de Menhir sur « Laridourlou », ou « bim bim » en feat avec Guizmo, sans creuser plus loin. Ces deux chansons sont sur son dernier album « Punk and Dub », le nom représentant bien le style de Nagual X, et est totalement en accord avec le personnage. Hé oui, au-delà de la musique, c’est aussi une vraie personnalité que l’on retrouve sur scène, avec un showman inarrêtable faisant face au public, ces tables de mixage et instruments installés derrière lui. Pour être très honnête, la dub, je n’y connais pas grand- chose, donc je ne pourrais pas vous parler de la musique avec beaucoup de recul. Mais c’est vrai que j’ai bien apprécié son style. Certains remix nous rappelleront d’ailleurs des concerts de la soirée avec « Mort aux cons » de Tagada Jones cité précédemment.  On retrouve des morceaux étonnants tels que la chanson « Opéra Punk Dub » feat Gaelle Cotte que je vous conseille d’aller écouter, c’est difficile à décrire. On retrouve du « live machine », tout autant que de la guitare (le style physique de Nagual X se rapprochant de Loran des Beru, le jeu de guitare avait aussi un air) ou du clavier pour un son plus posé que le live d’avant mais aussi terriblement entrainant.  C’est clair que Nagual X est un candidat idéal pour une fin de soirée avec un style accrocheur.

Crédit photo : ©Bobine et Cabriole

Le festival se finira sous le chapiteau avec là encore, une belle ambiance. A l’image du festival en règle générale, Ça Grézille Festival a été une superbe surprise avec la découverte d’un événement à taille humaine.

The following two tabs change content below.

cedric-ouestfestival